Image d'illustration

Kinshasa: il abuse d'un garçon de 11 ans à trois reprises

Sylvain, 18 ans révolus, a été aperçu en flagrant délit de viol sur Gloire, 11 ans. Les parents de la victime ont porté plainte. Le bourreau, qui n'était pas à son premier forfait, est en fuite, bien aidé par son père militaire.

Durant une semaine, santesexuelle.cd a suivi pour vous cette affaire de viol dans un quartier de la commune de Ngaliema. Le lundi 8 juin 2020, Gloire est violé par Sylvain. Leurs parents sont voisins directs.

 " Il m'a envoyé lui acheter le bonbon, puis m'a conduit dans une maison inachevée avant de me prendre de force. Il a menacé de me frapper à mort si jamais je disais quelque chose", témoigne l'enfant qui précise que c'était pour la troisième fois. 

"Les deux premières fois, c'était dans un couloir derrière leur maison", a ajouté la victime. 

Gloire a finalement eu le courage de dénoncer car, pour cette troisième fois, des gens les ont aperçus. 

Pour anticiper sur les choses, la mère de Sylvain dont le mari est militaire, va recourir aux militaires du camp capitaine Loano, le mercredi 12 juin. Trois agents armés débarqueront à la maison de Gloire pour, disaient-ils, l'emmener pour des examens. Face au refus de la famille, ils finiront par rentrer bredouille après plus d'une heure d'altercation. 

Plainte à l'U PEPVS

Le jeudi 11 juin, la mère de Gloire décide de porter plainte à l'Unité spécialisée de protection de l'enfant, prévention et lutte contre les violences sexuelles (UPEPVS).

Sur place, l'enfant bénéficiera d'une prise en charge psychologique par une assistance sociale, avant d'être transféré dans un centre de prise en charge gratuite des victimes de viol, dans la commune de Kasa-Vubu où il sera examiné. Des examens médicaux confirmeront le viol par voie annale. 

Entre-temps, Sylvain a disparu dans la nature. Il commettra l'imprudence de réapparaître le lendemain. C'est alors qu'il sera appréhendé par la police dépêchée par l'UPEPVS. Mais c'était sans compter sur la réaction de son père. 

A mi-chemin, ce dernier surgit avec un groupe de délinquants appelés Kuluna. Ils prennent à parti les trois policiers, avant de faire fuire l'enfant. Finalement, c'est le père qui sera embarqué dans les locaux de l'UPEPVS. Il risque une poursuite pour agression contre les agents de l'ordre et accaparement de leurs armes à feu. Affaire à suivre. 

Socrate Nsimba


Commentaires

Laissez un commentaire