Trop prendre la pilule du lendemain rend-t-elle stérile ?

Beaucoup de rumeurs circulent sur la prise de la pilule du lendemain, communément appelée
12-Janvier-2021

« Mes grandes sœurs me déconseillent de prendre la pilule du lendemain. Elles soutiennent qu’elle provoque à la longue la stérilité », se confie à santesexuelle.cd une fille de 27 ans. Comme cette dernière, elles sont nombreuses à nous poser la même question ou à défendre cette thèse.


Alors, que disent les spécialistes ? Pour Dr Didier Lukeme du Programme national de santé de l’adolescent et jeune (PNSA), aucune preuve scientifique n’établit que trop prendre la pilule du lendemain peut conduire à la stérilité.

A l’instar de la pilule «classique», la contraception d’urgence n’a aucun impact négatif sur la fertilité. Elle n’augmente pas non plus le risque de faire une fausse couche spontanée ou une grossesse extra-utérine à l’avenir.


On est donc face aux idées reçues alimentées probablement par une exagération des effets secondaires et une mauvaise connaissance des délais d’utilisation.

En effet, la prise d’une pilule du lendemain peut s’accompagner, selon les cas rares, des effets secondaires passagers comme de troubles des règles (règles en avance ou en retard, petits saignements répétés, règles abondantes), de nausées (entre 25% et 50% des femmes en souffrent), de maux de tête (une sur six), de douleurs abdominales basses, de fatigue ou encore de tension dans les seins.
Mais ces effets rares n’ont aucune incidence sur la prochaine fertilité, selon les études.


« Ce ne sont pas des cacahouètes »

Mais attention, la pilule du lendemain reste un dispositif médical et il ne faudrait pas en abuser.  « Ce ne sont pas des cacahouètes à consommer comme on veut. La pilule du lendemain a une dose concentrée d’hormones qui peuvent avoir des effets sur la santé. Nos jeunes filles doivent savoir qu’on ne peut la prendre qu’après des rapports non protégés pendant une période féconde du mois. Et cette prise doit intervenir dans les cinq jours après ce rapport. Jamais, on ne doit prendre la pilule du lendemain comme une prévention de grossesse avant le rapport sexuel. Ce n’est pas aussi une méthode de permanence », martèle Dr Didier Lukeme.  

Ce n'est pas des médicaments abortifs


Ce spécialiste conseille d’éviter des rapports sexuels pendant les périodes fécondes de la femme ou de la jeune fille. Ou carrément utiliser le préservatif. Ce dernier a l’avantage de protéger à la fois contre les grossesses non désirées et les infections sexuellement transmissibles. Un deuxième avantage que ne propose pas une pilule du lendemain.

A noter que les pilules d’urgence sont inefficaces une fois que l’œuf fécondé s’est implanté dans l’utérus et que la nidation a commencé, car ne pouvant agir qu’en amont d’une grossesse. À ce titre,  leur efficacité n’est pas sûre à 100%. Aussi, elles ne sont donc pas des médicaments abortifs.

Socrate Nsimba


Commentaires

Laissez un commentaire